Tour d’horizon des tests de contrôle des textiles

Aujourd’hui, les fabricants de textiles utilisent des procédés modernes et une grande variété de fibres naturelles, artificielles et synthétiques. Ces tissus sont directement affectés par les traitements, teintures et colorants choisis, ainsi que par la qualité intrinsèque des fibres. Afin de s’assurer de la qualité et de la durabilité des étoffes qui sortent des usines, de nombreux tests sont conduits.

Une grande variété de tests sur textiles

Afin de garantir aux utilisateurs une qualité et une durabilité en accord avec l’usage qui sera fait du tissu, de nombreux laboratoires textiles existent, qui mènent des tests physiques et mécaniques variés sur des échantillons de textiles.

Ces contrôles permettent d’évaluer différents critères tels que la performance du tissu, sa stabilité dimensionnelle, sa résistance thermique à la vapeur, son potentiel de combustion, sa résistance à la torsion et au pliage, à la couture ou à la déchirure. Les propriétés en traction, ainsi que des essais climatiques sont également réalisés sur des échantillons de textiles.

Les principaux tests conduits sur tissu

Tour d’horizon des tests de contrôle des textiles

Composition fibreuse

L’étiquetage de la composition fibreuse d’un tissu est une obligation dans la plupart des pays importateurs de tissus et vêtements. Cet étiquetage mentionne la dénomination des fibres, ainsi que leur quantité dans l’étoffe.

Afin d’être commercialisé en Europe, l’étiquetage de composition fibreuse doit être conforme au Règlement Européen n°1007/2011.

Inflammabilité

Il est primordial que les fibres utilisées pour la confection de vêtements notamment, mais également les tissus d’ameublement à destination des établissements recevant du public (ERP), respectent les réglementations sur l’inflammabilité.

Les vêtements pour adultes et ceux de nuit pour enfants sont particulièrement visés par ces exigences spécifiques. Leur conformité à ces normes est impérative afin de pouvoir les importer et les commercialiser.

Les revêtements et tissus d’ameublement, les couvertures et les tapis doivent également se conformer à des réglementations, bien que celles-ci diffèrent des exigences demandées pour les vêtements.

Étiquetage

De nombreux pays ont des normes qui concernent les informations devant être mentionnées sur les étiquettes de vêtements ou tissus d’ameublement. Ces normes sont obligatoires ou volontaires et permettent aux consommateurs d’identifier les précautions particulières de leurs tissus.

  • Solidité des teintures au lavage et au nettoyage à sec
  • Résistance des teintures au blanchiment
  • Stabilité dimensionnelle au lavage
  • Évaluation de l’aspect après lavage
  • Repassage, si nécessaire

Essais de performance

De nombreux essais sont conduits sur les produits finis textiles, qui permettent de répondre à des normes spécifiques de performances.

Les tests réalisés vont porter sur la stabilité dimensionnelle (lavage, nettoyage à sec), la solidité des teintures (lumière, lavage, frottement, etc.), la résistance mécanique des étoffes (abrasion, boulochage, etc.) mais également sur des déterminations chimiques (pH, par exemple).

Eco-tests textiles

Les principaux pays acheteurs de produits textiles considèrent aujourd’hui la composante écologique des tissus, l’une des premières préoccupations des consommateurs. Pour ce faire, des exigences sont mises au point, que de nouveaux tests cherchent à satisfaire.

Les laboratoires effectuent notamment de nombreuses analyses chimiques, qui visent à la protection de l’environnement, autant qu’à la santé des consommateurs. Plusieurs produits sont recherchés lors de ces contrôles. C’est par exemple le cas des colorants azoïques, la teneur en formaldéhyde, les résidus de pesticides, etc.